Sunday, January 11, 2009

Que l'autre continue de vous étonner...

Le Monde has just published an interview with Barack and Michelle Obama from 1996 in which the two spoke about their marriage, only four years after they were wed, and two years before their oldest daughter Malia was born. Here's what Barack said about his feelings on meeting Michelle, and after:

Qu'avez-vous ressenti quand vous avez rencontré Michelle pour la première fois ? Qu'avez-vous pensé ?

B. O. : Eh bien, j'ai trouvé qu'elle avait beaucoup d'allure, ça me plaisait. Et puis Michelle est une personne forte, elle sait qui elle est et d'où elle vient.

Mais si vous la regardez au fond des yeux, vous y lirez une certaine vulnérabilité. En tout cas, moi, je la vois même si la plupart des gens ne s'en doutent pas : elle arpente le monde, grande, belle, sûre d'elle, très compétente... Il y a une part d'elle-même qui est fragile, jeune, effrayée parfois, et je crois que ce sont ces contradictions qui m'ont attiré chez elle. Et puis elle me rend très heureux. Elle m'est très familière et donc je peux être moi-même avec elle, elle me connaît bien, je lui fais entièrement confiance, mais en même temps, par certains côtés, elle demeure un mystère pour moi.

Parfois, lorsque nous sommes couchés, je la regarde et je suis saisi d'un vertige en réalisant qu'ici est étendue une personne distincte de moi, qui possède des souvenirs, des origines, des pensées, des sentiments différents des miens. Cette tension entre la familiarité et le mystère tisse quelque chose de solide entre nous. Même si vous construisez une vie basée sur la confiance, l'attention et l'entraide, je crois que c'est important que l'autre continue de vous étonner et de vous surprendre.

I found this story on the Huffington Post. A reader explains: To summarise, a photographer was making a photo book with interviews of young American couples. A friend of her, living in Chicago, recommended him the Obamas (they'd married 4 years before the interview): they were a young bright couple, and BHO was a lawyer who had just finished to write his first book, Dreams from my father. The editor chose to cut that couple out of the book, as he found them "too ordinary".